Le département du Finistère

Histoire

 

Quelques repères...

Bordé sur trois façades par la mer - Océan Atlantique et Manche - et comptant près de 1 906 km de côtes, le Finistère est le département le plus maritime de la France continentale. Il est limité à l'est par les départements des Côtes-d'Armor (nord-est) et du Morbihan (sud-est).

D'une superficie de 6 733 km2 (23e rang national, 2e rang en Bretagne), le Finistère est un territoire peu élevé avec environ les 3/4 de sa superficie au-dessous de 200 mètres d'altitudes et la moitié au-dessous de 100 mètres.

Son chef-lieu, Quimper, se situe au sud du département alors que la ville la plus peuplée, Brest, occupe l'extrémité occidentale de la Bretagne.

Le Finistère a été traversé par divers courants historiques qui ont laissé des traces de leur passage.

L'actuel département du Finistère est faiblement habité dès le néolithique par des peuples qui laissent des témoins de leur civilisation : menhirs, dolmens, cairns. À une époque plus récente, les Osismes, peuple celte, résistent aux Romains.

Aux Ve et VIe siècles, les Bretons, cousins d'outre-Manche des Osismes émigrent en masse vers l'Armorique. L'arrivée de moines irlandais facilite la christianisation de la péninsule celte. L'abbaye de Landévennec, fondée par Saint-Guénolé, date de cette période. 

Le territoire du Finistère connaît sa plus grande expansion au milieu du IXe siècle, avec son chef Nominoé, alors que la Bretagne se constitue en duché.

Tout au long du Moyen-Âge, les ducs de Bretagne luttèrent pour assurer leur indépendance contre les empiétements du roi de France, mais aussi du roi d'Angleterre. La Bretagne s'intègre cependant progressivement dans l'ensemble français à la fin du XVe siècle et surtout après l'Édit d'Union de 1532. La vie de la région est presque exclusivement agricole.

Scène du mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII en 1499

Scène du mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII en 1499  symbolisant la réunion de la Bretagne à la France
(vitrail de la préfecture réalisé par la maison Champigneule de Paris)

Les XVIe et XVIIe siècles sont marqués par des révoltes populaires, dont certaines liées à des hausses de la fiscalité.

Le département du Finistère est créé en 1790  par la réunion de l'évêché du Léon, de la plus grande partie de celui de la Cornouaille, d'une partie de l'évêché de Tréguier et du canton d'Arzano. De graves querelles, opposant les partisans de Quimper et ceux de Landerneau, éclatent pour la désignation du chef-lieu. La Convention tranche en  faveur de Quimper, en 1794.

Le XIXe siècle voit une progression importante de la population ainsi que de la prospérité du département.  L'ouverture, après 1840, d'un bon réseau routier et la découverte de produits nouveaux pour la préparation des conserves alimentaires jouent un rôle indéniable dans cet essor. En Cornouaille, la pêche du thon et des crustacés vient s'ajouter dès 1900, à celle trop capricieuse, de la sardine. Sur le plan artistique, la fin du XIXe voit naître l'école de Pont-Aven autour de Gauguin, Bernard et Sérusier.

Au cours des deux guerres mondiales, le département éprouve de lourdes pertes. Plus de 40.000 Finistériens sont tués en 1914-1918. En 1939-1945, il souffre de nombreuses destructions, en particulier à Brest qui est en grande partie rasée.

Le département est à la pointe du combat de de la France Libre : 49 compagnons de la Libération en sont originaires, dont l’Ile de Sein.