Actualités

La vidéoprotection dans le Finistère

 
 
La vidéoprotection dans le Finistère

L’emploi de la vidéoprotection répond à un objectif de sécurité publique avéré. Son utilisation est soumise à autorisation, délivrée par le préfet.

Elle peut être mise en œuvre sur la voie publique :

  • par une personne publique pour assurer soit la protection des bâtiments et installations publics et leurs abords, soit la sauvegarde des installations utiles à la défense nationale, soit la régulation du trafic routier et la constatation des infractions aux règles de la circulation, soit la prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux particulièrement exposés à des risques d’agressions ou de vols, soit la prévention d’actes de terrorisme.
  • par une personne physique ou morale de droit privé pour visionner les abords immédiats de ses bâtiments ou installations au titre de la finalité de prévention d’actes de terrorisme.
  • par un commerçant, pour visionner les abords immédiats de son établissement, sous réserve que les images soient accessibles aux seules forces de l’ordre. Ce sont ainsi 15 215 caméras qui sont autorisées dans le Finistère, dont 11 451 caméras intérieures, 3 265 caméras extérieures et 499 caméras visionnant la voie publique.

Dans le cadre de la lutte contre la délinquance, les services de l’État soutiennent les municipalités qui s’engagent dans des projets d’équipement de leur domaine public. Ainsi, 48 mairies du Finistère disposent d’une autorisation d’installation de caméras pour un total de 623 caméras, dont 117 caméras intérieures, 343 caméras extérieures et 163 caméras visionnant la voie publique.

A noter que les particuliers peuvent filmer à l’intérieur de leur propriété sans autorisation. En revanche il leur est interdit de filmer en dehors du périmètre de leur propriété.